mardi 12 octobre 2010

Expo : Mœbius se transforme à la fondation Cartier

Ça y est, c'est aujourd’hui que s'ouvre enfin la première grande exposition parisienne consacrée au dessinateur Mœbius. Grâce à une amie que je ne remercierais jamais assez, j'ai eutl'opportunité et la chance d'assister au vernissage de l’événement dimanche dernier, et j'y retournerais avec plaisir d'ici le 13 mars, date à laquelle l'exposition fermera ses portes.

Organisée par l'auteur lui-même et la fondation Cartier pour l'art contemporain (qui accueille la chose), l'exposition survole toute la carrière de l'artiste. On y retrouve avec délice de nombreuses illustrations et planches originales de Blueberry, Arzak, Le monde d'Edena, l'incal, Le cœur couronné ou es aventures du major Grubert (Le garage hermétique, L'homme du Ciguri). C'est également l'occasion de jeter un œil sur le contenu de plusieurs carnets de croquis, de dessins de storyboard qui ont servi à l'élaboration de la série animée Arzak rhapsody, sans oublier une hallucinante galerie de dessins et de tableaux alternant entre le monstrueux et le merveilleux, collant à la thématique et au titre de l'expo (Mœbius-Transe-Forme).

© Mœbius Production Exposition MŒBIUS-TRANSE-FORME/Fondation Cartier pour l’art contemporain

Si je ne me lasse pas d'admirer le travail et d'imaginer les techniques de cet incontournable pilier de l'art contemporain dont on retrouve l'inventivité jusque dans le 7eme art (Tron, les maîtres du temps ou de l'univers, Alien, El Topo, Willow, Le 5eme élément...), il était hors de question que je ne prenne pas un peu de temps pour également assister aux deux projections mises en place à l'occasion de l'expo. La première est celle d'un court métrage de 8 minutes intitulé La planète encore co-réalisé par Mœbius et Geoffrey Niquet (entre autres superviseur des effets spéciaux du Enter the Void de Gaspar Noe). On y retrouve en 3D (images de synthèses made in BUF Compagnie) et en 3D (avec les lunettes que tout le monde connaît désormais) l'histoire courte contée par la BD éponyme réalisée en 1990 et dispo dans le dernier recueil du monde d'Edena. Ici, Atan et Stel se posent sur une planète inconnue et apparemment déserte avant que les songes d'Atan ne lui redonnent vie. Un trip halluciné et hallucinant qui, s'il ne reprend pas toute la subtilité de son modèle, vaut clairement le coup d’œil.

Seconde oeuvre projetée durant l'expo, la version courte du documentaire Metamœbius (56') nous plonge dans le quotidien de l'artiste. Prétextant la mise en oeuvre d'un film conçu par un cinéaste fictif du désert B, le réalisateur Damian Pettigrew (Balthus, de l'autre côté du miroir, des bouquins et des docs sur Fellini et déjà un doc sur Moebius et Blueberry en 1999) peint le portrait du créateur via pléthore de témoignages et images d'archives (parfois familiales). Séquences intimes (Mœbius fait son taï-chi, visite Naples avec la famille...), happenings (impro live en musique) et autres surprises (dont l'apparition de Jean-Pierre Dionnet avec qui il co-fonda la revue Métal Hurlant en compagnie de Druillet), le documentaire adopte une approche originale et peu commune qui met le géant à nu dans toute sa simplicité et sa vulnérabilité. C'est une expérience très étrange, qui m'a cependant enchanté.

 © Mœbius Production Exposition MŒBIUS-TRANSE-FORME/Fondation Cartier pour l’art contemporain

Comme le veut la coutume, la fondation Cartier édite à cette occasion un Artbook particulièrement impressionnant de plus de 300 pages, contenant un total de 250 reproductions couleur ainsi que de nombreuses analyses et interviews (49€). Le Artbook fait également l'objet d'une édition deluxe dédicacée en box.
Une séance de dédicaces se tiendra au passage le 30 novembre prochain à la fondation, séance durant laquelle Mœbius signera tant cet artbook que le nouveau tome de Arzak (Arzak, L'arpenteur). A noter que le shop de la fondation propose également une grande galerie d’œuvres du dessinateur, des goodies en pagaille (puzzles, crayons et badge et aux couleurs de l'expo) et même un livre de coloriage pour enfants. Si vous avez des gamins, je vous conseille d'ailleurs de rapidement réserver des places pour les leçons de dessin que donnera le monsieur les 1er et 19 décembre prochain (1h30 pour les 8 ans et plus). A coup sûr de quoi lancer vos marmots vers de belles carrières artistiques.

Franchement, vu le prix de l'expo (7€ l'entrée), y'a vraiment pas de quoi se priver !
Highly recommanded comme on dit.

Signalons enfin que se tiendra de plus une expo-vente consacrée à Mœbius (Arzak et le reste) au sein de la galerie Slomka au 3, rue Dante dans le 5eme, du 15 octobre au 31 décembre. 

Pour tous renseignements : 
Fondation Cartier pour l'art contemporain
261, boulevard Raspail
75014 Paris
Tél : 01 42 18 56 50
Site : Fondation Cartier

2 commentaires:

bengal a dit…

dav, je te propose qu'on y aille ensemble quand je passerai, ce qui sera certainement avant le 13 mars!

Bradaviel a dit…

Avec plaisir !
j'y retourne sans doute pour la dédicace le 30 novembre, mais après again sans doute aussi :)